epilepsie traitement
14 mai 2020

Épilepsie : quels sont les traitements possibles ?

Par Antoine

L'épilepsie est une maladie de type neurologique qui touche environ 50 millions de personnes dans le monde. Ce chiffre n'englobe pas les personnes ayant été sujettes à des crises anodines, une fois ou deux dans leur vie.

Les personnes atteintes de manière chronique subissent ces 

crises de manière relativement fréquente, et dans le cas où des complications se produisent lors de l'une d'entre elles, il est possible que cela engendre des séquelles définitivement, d'où l'importance de traiter la maladie. 

Nous verrons dans l'article d'aujourd'hui quelques informations au sujet de l'épilepsie, avant d'énumérer les différents traitements que l'on peut envisager afin d'y mettre fin, sinon de la maîtriser.

L'épilepsie, de quoi s'agit-il ? 

Lorsque l'on parle d'épilepsie, la première image qui vient aux gens de manière générale est celle d'une personne à terre en train de convulser. cerveau épileptique

L'épilepsie est une pathologie d'ordre neurologique, due à une activité anormale des cellules qui composent le cortex cérébral. Lorsque les décharges électriques s'étendent à l'ensemble du cerveau de manière dysfonctionnelle, cela déclenche ce que l'on appelle une crise épileptique généralisée. Toutefois, la convulsion n'a  pas forcément lieu dans chaque crise. 

Crise d'épilepsie

Il existe plusieurs types de crises; tout d'abord les crises dites tonicocloniques, qui sont des crises généralisées. Ce sont les plus connues du grand public, car elles se manifestent par les symptômes classiques de l'épilepsie, à savoir les suivants : 

  • Perte de connaissance,
  • convulsion,
  • cris,
  • bave,
  • morsure de la langue,
  • etc …

Il peut cependant y avoir des crises dites partielles, qui occurrent lorsque les décharges électriques des cellules n'atteignent qu'une partie du cortex cérébral. Elles se divisent à leur tour en deux types : 

  • Les crises partielles simples : ce sont les cas où le patient ne perd pas conscience au cours de sa crise,
  • les crises partielles complexes : on en parle lorsqu'il y a une altération de la conscience chez le patient.

Les sources de la maladie épileptique sont soit génétiques, auquel cas nous parlons d'épilepsie idiopathique, ou dues à des lésions cérébrales, et dans ce cas il est question d'épilepsie symptomatique.

Le diagnostic de l'épilepsie 

Tout d'abord, le diagnostic d'une pathologie de type épileptique se fait par repérage des symptômes typiques de la maladie, dont nous avons cité une partie plus haut. Ensuite, la confirmation est réalisée à l'aide d'un appareil sophistiqué que l'on nomme l’électro-encéphalogramme, qui a pour rôle d'étudier l'activité du cerveau du patient. Grâce à cet appareil, on peut déterminer s'il s'agit d'une épilepsie généralisée ou partielle.

Dès lors que l'on soupçonne que l'épilepsie est de type symptomatique, alors le médecin réalise une  imagerie par résonance magnétique cérébrale, qui confirmera ou non cette hypothèse.

Les traitements de l'épilepsie 

Aujourd'hui, grâce aux progrès de la science en matière de médecine, il est possible de traiter l'épilepsie, dans la plupart des cas avec facilité.  

Le traitement pharmacologique

Le traitement de l'épilepsie se fait en administrant au patient des médicaments dits antiépileptiques, qui peuvent être divers et variés, à l'image des suivants : 

  • Lamotrigine,
  • Topiramate,
  • Lévétiracétam,
  • Zonisamide,
  • Prégabaline,
  • Lacosamide.

Certains auront une activité plus puissante que d'autres, mais engendreront néanmoins des effets secondaires plus désagréables. L'administration de ces médicaments se fait donc en fonction de la gravité de la maladie.

Le cas de l'épilepsie pharmaco-résistante 

On parle d'épilepsie pharmaco-résistante lorsque le patient ne semble pas répondre aux antiépileptiques qu'on lui a administré. Dans de tels cas, une opération chirurgicale s'impose.  La chirurgie de l'épilepsie consiste à ôter la partie du cerveau du patient qui est responsable du déclenchement des crises épileptiques.

L'opération peut durer plusieurs heures et nécessite la plus grande précision du médecin en charge. C'est une tâche compliquée, toutefois, il existe un autre moyen.

Le Gamma Knife est un appareil moderne permettant de cibler avec précision la région du cerveau à détruire. En effet, après avoir passé un scanner et une IRM, le chirurgien, connaissant l'emplacement exact de la lésion, peut se servir de cet outil, émetteur de radiations puissantes. Le Gamma Knife a l'avantage de ne pas nécessiter d'ouverture du crâne, et de garantir une meilleure précision. Cependant, il n'est réservé qu'aux lésions de 3cm ou moins.

Les habitudes à éviter pour les épileptiques

Les épileptiques, tant que leur pathologie n'est pas entièrement maîtrisée, doivent s'abstenir de certains comportements, à savoir tout ce qui est susceptible de porter atteinte au fonctionnement normal du cerveau. On note par exemple la consommation d'alcool, l'exposition à la lumière des écrans le soir, ou encore l'utilisation excessive du téléphone portable, nocif de par les ondes électromagnétiques qu'il émet, qui causent généralement des migraines. Pour ce dernier, il est toutefois possible d'avoir recours aux patchs anti ondes, permettant d'atténuer les effets négatifs de ces ondes.